Question de santé

Sébastien Chauveau Production

Votre santé vous préoccupe ? Vous souhaitez vous informer sur une pathologie ?, avoir des conseils d’hygiène de vie ?, connaître les dernières avancées scientifiques ? Bienvenue dans Question de santé. Chaque épisode de cette émission fait le point sur une thématique, en répondant à une question de manière simple et accessible à tous. Ecoutez, vous saurez ! Vous pouvez soutenir ce podcast en faisant un don ici : https://www.okpal.com/question-de-sante-le-podcast-qui-prend-soin-de-vous/?utm_campaign=01FJVDEW61RTN0G8CJWH0115HA&utm_medium=campaign_edit-okpuid_01FJHHCM41Z70HGGZDAX7PNTC6-20211026&utm_source=share_directlink read less
Health & FitnessHealth & Fitness

Episodes

Le sport procure-t-il plus d'habiletés mentales ? [Episode 2]
05-05-2022
Le sport procure-t-il plus d'habiletés mentales ? [Episode 2]
Quand on évoque la pratique d’une activité sportive, c’est généralement sous le prisme de ses bienfaits physiques. On occulte souvent de mettre en avant que faire du sport est aussi bon pour la tête que pour le corps. Le sport développe tout autant les capacités cognitives et comportementales que cardiorespiratoires. Ce ne sont, ni les médecins, ni les chercheurs, qui disent le contraire. Tous s’accordent pour dire que la pratique d’une activité physique est bonne pour la santé. Mais tous ne s’entendent pas sur les notions de sport et d’activité physique. Tous ne sont pas non plus d’accord quand il s’agit de s’avancer sur les effets psychiques et psychologiques de l’un et de l’autre. La psychologie du sport a certes beaucoup évolué au cours des trente dernières années, mais elle demeure encore dans l’ombre de la science. C’est de ce pan, un peu moins connu, de la médecine du sport, dont nous parlons dans cet épisode et dont nous avons aussi parlé dans l’épisode précédent. Nous continuons d’aborder la psychologie du sport et de l’activité physique. Nous sommes toujours en compagnie de nos deux experts dans leur domaine : Jean Fournier et Cécilia Delage. Ils sont tous les deux membres de la SFPS, Société française de psychologie du sport. Nous poursuivons dans la réponse à cette question : Le sport ou l’activité physique procure-t-il plus d'habiletés mentales ? Bienvenue dans le vingt-septième numéro de Question de santé. * Vous pouvez soutenir ce podcast en faisant un don ici : .
Le sport ou l’activité physique procure-t-il plus d'habiletés mentales ?
28-04-2022
Le sport ou l’activité physique procure-t-il plus d'habiletés mentales ?
Quand on évoque la pratique d’une activité sportive, c’est généralement sous le prisme de ses bienfaits physiques. On occulte souvent de mettre en avant que faire du sport est aussi bon pour la tête que pour le corps. Le sport développe tout autant les capacités cognitives et comportementales que cardiorespiratoires. Ce ne sont, ni les médecins, ni les chercheurs, qui disent le contraire. Tous s’accordent pour dire que la pratique d’une activité physique est bonne pour la santé. Mais tous ne s’entendent pas sur les notions de sport et d’activité physique. Tous ne sont pas non plus d’accord quand il s’agit de s’avancer sur les effets psychiques et psychologiques de l’un et de l’autre. La psychologie du sport a certes beaucoup évolué au cours des trente dernières années, mais elle demeure encore dans l’ombre de la science. C’est de ce pan, un peu moins connu, de la médecine du sport dont nous parlons dans ces deux prochains épisodes. Nous abordons en effet la psychologie du sport et de l’activité physique. Pour cela, je m’en remets à deux experts dans leur domaine : Jean Fournier et Cécilia Delage, tous les deux membres de la SFPS, Société française de psychologie du sport. Avec en ligne de mire cette question : Le sport ou l’activité physique procure-t-il plus d'habiletés mentales ? Bienvenue dans ce vingt-sixième numéro de Question de santé. * Vous pouvez soutenir ce podcast en faisant un don ici : https://www.okpal.com/question-de-sante-le-podcast-qui-prend-soin-de-vous/?utm_campaign=01FJVDEW61RTN0G8CJWH0115HA&utm_medium=campaign_edit-okpuid_01FJHHCM41Z70HGGZDAX7PNTC6-20211026&utm_source=share_directlink
Pourquoi ne trouve-t-on pas le sommeil ?
14-04-2022
Pourquoi ne trouve-t-on pas le sommeil ?
Mal dormir est fréquent. C’est le cas de « plus de la moitié des français », selon l’Institut national du sommeil et de la vigilance, qui mène chaque année des enquêtes sur la qualité de notre sommeil. Il faut dire que nous nous couchons de plus en plus tard, et nous levons de plus en plus tôt. Pour certains, avoir des nuits perturbées n’est qu’un ennui passager. Pour d’autres, c’est un mal chronique qui empoisonne leur vie. Nous dormons en moyenne sept heures trente par jour. Un quart de nos compatriotes ne dorment que six heures, et 15% dorment plus de neuf heures. Tout le monde n’a pas le privilège de faire la sieste. Mais quand même, un tiers des français s’accordent cette petite pose salvatrice. Il peut arriver d’avoir un sommeil en pointillé. Ce n’est pas gênant si ce n’est pas régulier. Ca peut l’être si c’est fréquent, voir permanent. Il y a ceux qui attendent impatiemment le soir de tomber dans les bras de Morphée. Il y a ceux qui, au contraire, redoutent l’heure du coucher. Nous faisons le tour dans cette émission de ce qu’est l’insomnie, et de comment on peut y remédier. Pourquoi ne trouve-t-on pas le sommeil ? C’est à cette question que nous répondons dans cette épisode de Question de santé. * Vous pouvez soutenir ce podcast en faisant un don ici : https://www.okpal.com/question-de-sante-le-podcast-qui-prend-soin-de-vous/?utm_campaign=01FJVDEW61RTN0G8CJWH0115HA&utm_medium=campaign_edit-okpuid_01FJHHCM41Z70HGGZDAX7PNTC6-20211026&utm_source=share_directlink
Intoxication alimentaire, pourquoi tu me guettes ?
07-04-2022
Intoxication alimentaire, pourquoi tu me guettes ?
On a beau mettre « les petits plats dans les grands », il arrive que les heures d’après les bons repas se transforment en cauchemar. Pas forcément par excès, mais par la faute d’hôtes indésirables qui s’invitent discrètement dans nos intestins. Leurs noms vous disent sûrement quelque chose. Elles se nomment salmonelle, campylobacter, listeria, E. coli... Ces bactéries font fréquemment frémir les organismes de ceux qu’elles envahissent. Si elles sont en principe bénignes, elles peuvent avoir des incidences gravissimes. Elle se confond souvent avec la gastro-entérite. L’intoxication alimentaire est pourtant différente de celle-ci. La gastro-entérite est majoritairement provoquée par un virus, bien qu’il en existe qui soient aussi d’origine bactérienne. Alors que l’intoxication alimentaire est la plupart du temps le faite d’une bactérie. Elle peut aussi provenir d’un parasite, d’un virus ou encore d’un poison. L’intoxication alimentaire est fréquente. La plus connue est la listériose. Il en existe beaucoup d’autres. Nous en faisons le tour durant ces dix minutes d’émission. Intoxication alimentaire, pourquoi tu me guettes ? C’est à cette question que nous répondons dans cet épisode de Question de santé. * Vous pouvez soutenir ce podcast en faisant un don ici : https://www.okpal.com/question-de-sante-le-podcast-qui-prend-soin-de-vous/?utm_campaign=01FJVDEW61RTN0G8CJWH0115HA&utm_medium=campaign_edit-okpuid_01FJHHCM41Z70HGGZDAX7PNTC6-20211026&utm_source=share_directlink
RGO : que se cache-t-il derrière ce « mot » ?
03-03-2022
RGO : que se cache-t-il derrière ce « mot » ?
Les experts le disent : « A cause de sa prévalence, de son évolution chronique et des soins qu’il nécessite, le reflux gastro-oesophagien est un problème important de santé publique ». C’est en effet une pathologie fréquente, qui touche à peu près un français sur trois au moins une fois par mois, et un sur dix au moins une fois par semaine. Le RGO est mal connu. Pour des raisons anatomiques, ce sont les personnes en surpoids et les femmes enceintes qui en sont les plus atteintes. Mais il concerne tout le monde : les jeunes comme les plus âgés. Même les nourrissons peuvent être concernés par cette affection digestive. Il faut bien s’entendre : le reflux gastro-oesophagien n’est pas une maladie en soi. Ce n’est pas non plus une maladie grave. Ce n’est, normalement, jamais une urgence. C’est le retentissement de ce reflux sur la vie de tous les jours qui amène à le traiter. Car il peut vraiment interférer sur la vie sociale. Comme il est mal connu, le RGO est mal soigné. Pourtant, des solutions existent pour en diminuer les symptômes, et pour rendre la vie de ceux qui en souffrent plus agréable. C’est important, car s’il n’est pas pris en charge, le reflux gastro-oesophagien peut dégénérer vers d’autres pathologies. RGO : que se cache-t-il derrière se « mot » ? Nous répondons à cette question dans ce nouvel épisode de Question de santé. * Vous pouvez soutenir ce podcast en faisant un don ici : https://www.okpal.com/question-de-sante-le-podcast-qui-prend-soin-de-vous/?utm_campaign=01FJVDEW61RTN0G8CJWH0115HA&utm_medium=campaign_edit-okpuid_01FJHHCM41Z70HGGZDAX7PNTC6-20211026&utm_source=share_directlink
Comment vit-on avec la maladie de Crohn ?
03-02-2022
Comment vit-on avec la maladie de Crohn ?
C’est la plus fréquente des maladies inflammatoires chroniques intestinales. Elle touche un million de personnes en Europe, autour de cent mille en France. C’est en Europe de l’Ouest et aux Etats-Unis Que l’on comptabilise le plus de gens qui sont atteints de la maladie de Crohn à travers le monde. C’est en Nouvelle-Écosse, au Canada, que l’on observe la plus grande densité de malades, avec trois Cent dix-neuf cas pour cent mille habitants, quand la densité moyenne de malades se situe à cinquante cas pour cent mille habitants dans le reste du pays. En France, il serait de cinq cas pour Cent mille habitants. Ce serait la région des Hauts-de-France qui serait la plus concernée par la maladie. On entend souvent parler de la maladie de Crohn. Mais on ne sait pas toujours la définir. D'autant plus qu’elle se confond avec une autre maladie du même genre : la rectocolite hémorragique. Ce qui caractérise la maladie de Crohn, c’est qu’elle se manifeste par poussées, que l’on appelle aussi « phase d’activité » ; qu’elle atteint en principe les sujets jeunes ; que ses symptômes sont normalement digestifs. Or, tous ces tableaux sont parfois modifiés. La maladie peut atteindre des individus d’âge avancé, et les signes être multiples. Comment vit-on avec la maladie de Crohn ? C’est la question de cet épisode. * Vous pouvez soutenir ce podcast en faisant un don ici : https://www.okpal.com/question-de-sante-le-podcast-qui-prend-soin-de-vous/?utm_campaign=01FJVDEW61RTN0G8CJWH0115HA&utm_medium=campaign_edit-okpuid_01FJHHCM41Z70HGGZDAX7PNTC6-20211026&utm_source=share_directlink
Maladie de Lyme : comment elle se contracte ?
27-01-2022
Maladie de Lyme : comment elle se contracte ?
On le sait, ce sont les cordonniers les plus mal chaussés. Lui n’est pas cordonnier. Il est médecin urgentiste. Il a raconté maintes fois son histoire dans les médias. Un mois après une balade en forêt, en Normandie, à l’automne, Gérard Keirzek, médecin urgentiste, se sent mal. Il fait deux malaises plutôt sévères, qu’il attribue à de la gastro-entérite. Mais son état se dégrade : sa fréquence cardiaque tombe à trente pulsations par minute, quand celle-ci se situe normalement autour de Soixante-dix. Dans un premier temps, le médecin qu’il est s’autodiagnostic, avec pas toujours « la plus grande objectivité », concède-t-il à la radio et dans les journaux. Comme son état se dégrade, il appelle un confrère cardiologue, qui ne l’alarme pas mais lui conseille de faire des examens. C’est ce qu’il finit par faire. Il va à l’hôpital. Il entre alors, comme un patient lambda, dans le parcours des urgences. Parcours, parce qu’il aura fallu dix jours, des batteries de tests et de nombreuses d’investigations pour qu’il retrouve un rythme cardiaque à peu près normal, et que l’on pose le diagnostic : qu’il est atteint de la maladie de Lyme. Vous pouvez soutenir ce podcast en faisant un don ici : https://www.okpal.com/question-de-sante-le-podcast-qui-prend-soin-de-vous/?utm_campaign=01FJVDEW61RTN0G8CJWH0115HA&utm_medium=campaign_edit-okpuid_01FJHHCM41Z70HGGZDAX7PNTC6-20211026&utm_source=share_directlink