PHI3900 Le podcast

JF Senechal

Depuis plus de quinze ans, je donne le cours PHI-3900 Éthique et professionnalisme. Ce cours d’éthique est un cours obligatoire pour les étudiants en sciences et génie de l’Université Laval (Québec, Canada). Plus de 600 étudiants par année suivent ce cours. La création et la diffusion de podcasts ciblant très précisément non seulement les enjeux et thèmes du cours PHI3900 éthique et professionnalisme, mais les principales questions qui préoccupent les étudiants inscrits à ce cours, permettra (c’est ce que je souhaite) de recréer de façon dynamique et dans un format adapté à la génération d’étudiants ciblés dans ce cours, cette communauté entre les étudiants inscrits au cours, leurs pairs et mes anciens étudiants. read less
EducationEducation

Episodes

Épisode 160 - Science et société - Lorsque la science et le génie «font» la morale
01-04-2024
Épisode 160 - Science et société - Lorsque la science et le génie «font» la morale
Gageons qu’au début du cours, vous pensiez que c’est moi qui allais vous faire la morale? Vous savez quoi? C’est le contraire: c’est VOUS qui me faites la morale! En effet, avec vos compétences et votre savoir en science et votre génie, avec votre intelligence et vos talents, vous vous mettez au service de projets techniques et scientifiques qui influencent la société dans laquelle nous allons vivre. Votre rôle social est beaucoup plus important que vous ne le pensez. Vous vous êtes inscrits en science et génie avec plein de belles intentions : transformer le monde, maitriser la nature, maitriser la matière, l’énergie, le vivant, construire un monde meilleur, baliser notre monde. Or, derrière chacune de ces intentions, et au cœur de tous ces projets techniques et scientifiques, il y a des valeurs et des enjeux sociaux. Votre science et votre profession promeuvent (peut-être à votre insu, et ça fait partie du problème) des valeurs, une conception du bien commun et des visions du monde. Il est temps de reconnaître ces valeurs, de les assumer, et de vous assurer que ces valeurs correspondent aux vôtres. Ce module est plus réflexif. Vous l'avez compris. Nous y explorerons la science, mais dans une perspective plus sociologique et anthropologique. Nous tenterons d'identifier et de reconnaître les forces sociales qui influencent cette science qu'on vous enseigne dans cette université. Nous étudierons notamment la question du rôle social du professionnel, situé au cœur même du processus de développement des sciences et des technosciences et de leurs applications. Nous validerons ensemble l'idée que le rôle social du professionnel ne peut être réduit à celui d’un simple exécutant. Nous ferons également l'effort réflexif nécessaire pour mettre en exergue les choix sociaux, valeurs et idéaux, qui précèdent la science et la technique, mais aussi les conséquences sociales découlant des technologies que vous développez. Nous tenterons ultimement une réflexion existentialiste en étudiant dans quelles mesures ces conséquences et ces impacts sociaux sont en accord avec les valeurs et idéaux qui guident la société, mais aussi avec vos valeurs et idéaux qui donnent sens à vos vies. Gros programme! Prenez-vous un grand café! Philosophie et sociologie des sciences seront au programme!
Épisode 159 - Dire «non» - Pressions d'autorité et pressions groupales
25-03-2024
Épisode 159 - Dire «non» - Pressions d'autorité et pressions groupales
Fais-tu toujours ce qu'on te dit de faire? Fais-tu toujours ce que les personnes en position d'autorité te demandent? Fais-tu toujours comme les autres? Est-ce une bonne chose? Es-tu cette personne capable de constester, lorsque nécessaire, l'autorité et les pressions de ton entourage? Vraiment? Les questions abordées dans ce module sont importantes. Êtes-vous capable de résister aux pressions exercées par les différentes formes d'autorités, notamment lorsque ces dernières vous éloignent des valeurs et idéaux de votre profession? Êtes-vous capable de vous opposer à la force du nombre, au consensus, et cela au nom de la science, des faits, de la loi, des normes, sinon de la raison elle-même, notamment lorsque cette majorité consensuelle s'égare ? Serez-vous de ceux et celles qui, malgré nos failles humaines, seront capable de poser ce genre de gestes difficiles? Dans le cadre de son travail, le professionnel n’est jamais seul. Lorsqu'une décision difficile doit être prise, on lui demandera idéalement d'en débattre, de demander conseil, de puiser dans la richesse d'une forme de raison commune, et de chercher l'appui du nombre et du consensus. Nous verrons dans ce module que la quête de consensus n’est pas sans problème!  Dans d'autres milieux de travail, c'est l'autorité en place qui pose problème. Arguments d’autorité, chantage, menaces, arguments fallacieux, biais et autres influences psychosociologiques, participent à cette pression d'autorité. Dans un tel contexte, le constat est simple: nous avons tendance à nous conformer aux demandes de l'autorité en place, et cela, même si parfois ces demandes s'inscrivent en contradiction avec nos propres valeurs et idéaux. Que pouvons-nous faire, individuellement et collectivement pour protéger l'exercice d'un jugement libre et autonome? Au programme, dans cet épisode : Les forces et failles d'une décision prise par consensusLes travaux sur les symptômes de la pensée de Groupe, d'Irving Janis.Les différentes formes d'autorités agissant sur le professionnel en exerciceLes travaux sur la soumission et l'autorité, de Stanley Milgram.Les difficultés d'exercice du jugement professionnel découlant de votre rapport à l'autorité Bonne écoute!
Épisode 158 - Conflit d'intérêts et désintéressement - Le sacrifice de soi!
18-03-2024
Épisode 158 - Conflit d'intérêts et désintéressement - Le sacrifice de soi!
"Pis? Penses-tu que c'est un conflit d'intérêts?" Le nombre de fois où, autour de la machine à café, on m'a posé cette question! Je réponds toujours de la même façon:   Est-ce un conflit entre: 1. votre intérêt personnel (le vôtre, celui de vos proches, parents, amis, semblables, alliés, etc.)2. d’autres intérêts associés à votre profession ou à votre rôle (protection du public, paix sociale, santé publique) Si c'est le cas, c'est un conflit d'intérêts. Et tu dois choisir les intérêts associés à ta profession et à ton rôle. Simple, non? La gestion d'un tel conflit est loin d'être simple. Nous avons tous tendance à privilégier et à protéger notre propre intérêt personnel (nos avantages, nos privilèges, mais aussi ceux de nos proches, de nos alliés, de nos semblables, de notre clan). Notre famille! Nos amis! Évidemment. C’est normal. C’est humain. Pourtant, votre Ordre professionnel, et votre rôle à titre de professionnel, exigent le contraire: mettre de côté votre propre intérêt personnel, et choisir de servir d’autres intérêts: la protection du public, la paix sociale, la sécurité publique, la santé publique. Un geste a-normal, contre-nature, sur-humain. Presque super-héroïque! En effet, en rappelant aux professionnels que la «protection du public» est au cœur de la profession et de leurs engagements, on banalise parfois l'importance et la difficulté du geste moral exigé: choisir la protection du public et l’intérêt publique, et cela, parfois au sacrifice de votre propre intérêt et de ceux de vos proches. En êtes-vous capables? Tiraillé entre les intérêts de son client, de son patron, de la société ou de sa communauté de pairs et ses intérêts personnels, le professionnel doit d’abord savoir identifier un conflit d’intérêts, comprendre les risques associés et surtout gérer ces situations délicates de façon intègre, honnête et prudente.   Bonne écoute.
Épisode 156 - Employé vs professionnel - Le conflit de loyautés multiples
11-03-2024
Épisode 156 - Employé vs professionnel - Le conflit de loyautés multiples
Cet épisode aborde l'un des problèmes éthiques les plus communs dans l'exercice de la profession: le conflit de loyautés multiples.    Au Québec, la majorité des professionnels en exercice sont en effet des salariés. Ils se trouvent conséquemment en situation de double statuts: professionnel et salarié. Ils ont un devoir de loyauté envers leur Ordre professionnel et un devoir de loyauté envers leur employeur.   Dans un tel contexte, la loi, la jurisprudence et la doctrine pointent vers la priorisation du premier de ces statuts (le professionnalisme), et rappellent aux principaux concernés leurs obligations envers le public. Pourtant, dans les faits et sur le terrain, les professionnels en exercice ont tendance à prioriser le second de ces statuts, et leurs obligations envers leur employeur.   Pourquoi?   Cette tension et cet équilibre semblent effectivement menacés par un autre problème important dans l’exercice de la profession: l’effritement sinon la disparition de l'identité professionnelle. En effet, « après (seulement) un an dans leur premier emploi, les jeunes professionnels restent conscients de leurs devoirs envers leurs clients mais ne mentionnent plus leurs devoirs envers la société (Solbrekke, 2007 : 492). Sur le terrain, dès lors que le professionnel aura trouvé un employeur, l'identité professionnelle laisse de plus en plus de place à l'identité corporative et aux objectifs choisis et promus par son principal client: son employeur.   Cet effritement de l'identité professionnelle gomme en outre l'existence même de ce que les experts en éthique organisationnelle nomment «conflit de loyautés», en faisant tranquillement disparaître une des parties importantes du dilemme: la loyauté envers un Ordre professionnel, et les devoirs et obligations professionnels qui en découlent. Voici une courte et brève explication du conflit de loyautés, et une réflexion sur sa disparition annoncée. Bonne écoute!
Épisode 155 - Se servir de son jugement et de son pouvoir de manière responsable
26-02-2024
Épisode 155 - Se servir de son jugement et de son pouvoir de manière responsable
«With great power, comes great responsibility» (Ben Parker, Spiderman). Un grand pouvoir engendre de grandes responsabilités, nous disait ce grand «philosophe».  Deux principaux thèmes sont abordés dans cet épisode: La responsabilité et le jugement.  Le terme responsabilité est riche et profond. La citation qui titre cet épisode sert d'amorce à la réflexion sur la responsabilité. L'injonction de l'Oncle Ben à Peter (Spiderman) est inspirante, mais combien difficile à saisir: qu'est-ce que la responsabilité? Quel est ce pouvoir (pour un professionnel en science et génie)? Comment le maîtriser? Se battre, mais pour qui? Pourquoi? Au nom de qui? Au nom de quoi? Qu’est-ce qu’être responsable dans ce contexte. Lorsque cette injonction se transforme en quest-ion, elle devient en effet une quête, et donne sens au pouvoir de Peter Parker, sinon à sa vie. Cette intro nous permet également de proposer quelques distinctions utiles (responsabilité rétrospective et responsabilité prospective) et pratiques (responsabilité civile, criminelle, pénale, disciplinaire) Le terme «jugement» est également abordé. Nous y faisons nos premières amorces de réflexions. Le jugement professionnel est au cœur de l'exercice de la profession en sciences et génie. Le jugement compris comme acte de prédiquer une chose. C'est la pensée en acte qui tente de décider de la valeur d'une proposition, et cela, par rapport au beau, au juste, au vrai, au bien. C'est la pensée qui tente également de décider dans un contexte d’incertitudes, un contexte où l'erreur est non seulement possible mais intrinsèquement liée à l'exercice honnête de ce jugement. Et où le manque de jugement est justement, non pas la pensée en acte de celui qui se trompe ou qui dit faux, mais celle qui refuse d'accepter les incertitudes, qui se vautre dans ses certitudes, qui ignore ses erreurs, failles et limites, qui ignore qu'elle ignore, et refuse de reconnaître la complexité du réel et du concret. Bonne écoute!
Épisode 152 - Éthique au travail - Fais-tu partie du problème (et de la solution) ?
29-01-2024
Épisode 152 - Éthique au travail - Fais-tu partie du problème (et de la solution) ?
Fais-tu partie du problème?  Au module 1, nous avons constatez que les problèmes éthiques existent dans l'exercice de la profession. Pour cela, nous en avons exploré le cas troublant de Karen Duhamel. Évidemment, le cas Duhamel est un cas d'espèce, et des situations aussi graves et navrantes sont rares (et heureusement!). Il pourrait toutefois être tentant de conclure que les problèmes éthiques sont généralement rares. Détrompez-vous! Au contraire, même s'ils sont peut-être de moindre envergure et gravité que le cas Duhamel, les problème éthiques restent nombreux et fréquents. Ils sont, c'est vrai, souvent bien moins graves que les problèmes de corruption et de collusion dépeints devant la Commission Charbonneau, et illustré par le cas Duhamel, mais leurs conséquences sur le système professionnel sont significatives. En effet, une très petite fraction de ces problèmes sont suffisamment graves pour être détectés, dénoncés et sanctionnés. La majorité de ces problèmes sont difficilement sanctionnables, détectables, dénoncés. Néanmoins, étant donné leur nombre et leur fréquence, le cumul de ces petits comportements légèrement blâmables peut engendrer des problèmes importants dans le système professionnel. Ces problèmes, plus fréquents mais moins graves, font partie du problème plus large qu'est celui auquel tentent de répondre ceux et celles qui ont à cœur les valeurs associées à l'exercice de la profession.  Et tu fais partie de ce problème! Oui, oui, même toi! Je sais. C'est choquant. Mais tu feras aussi partie de la solution, non? Introduction au Module 3 ! Bonne écoute!
Épisode 147 - La fois où j’ai compris que c’était moi qui faisais la morale au prof
20-11-2023
Épisode 147 - La fois où j’ai compris que c’était moi qui faisais la morale au prof
Gageons qu’au début du cours, vous pensiez que c’est moi qui allais vous faire la morale? Vous savez quoi? C’est le contraire: c’est VOUS qui me faites la morale! En effet, avec vos compétences et votre savoir en science et votre génie, avec votre intelligence et vos talents, vous vous mettez au service de projets techniques et scientifiques qui influencent la société dans laquelle nous allons vivre. Votre rôle social est beaucoup plus important que vous ne le pensez. Vous vous êtes inscrits en science et génie avec plein de belles intentions : transformer le monde, maitriser la nature, maitriser la matière, l’énergie, le vivant, construire un monde meilleur, baliser notre monde. Or, derrière chacune de ces intentions, et au cœur de tous ces projets techniques et scientifiques, il y a des valeurs et des enjeux sociaux. Votre science et votre profession promeuvent (peut-être à votre insu, et ça fait partie du problème) des valeurs, une conception du bien commun et des visions du monde. Il est temps de reconnaître ces valeurs, de les assumer, et de vous assurer que ces valeurs correspondent aux vôtres. Ce module est plus réflexif. Vous l'avez compris. Nous y explorerons la science, mais dans une perspective plus sociologique et anthropologique. Nous tenterons d'identifier et de reconnaître les forces sociales qui influencent cette science qu'on vous enseigne dans cette université. Nous étudierons notamment la question du rôle social du professionnel, situé au cœur même du processus de développement des sciences et des technosciences et de leurs applications. Nous validerons ensemble l'idée que le rôle social du professionnel ne peut être réduit à celui d’un simple exécutant. Nous ferons également l'effort réflexif nécessaire pour mettre en exergue les choix sociaux, valeurs et idéaux, qui précèdent la science et la technique, mais aussi les conséquences sociales découlant des technologies que vous développez. Nous tenterons ultimement une réflexion existentialiste en étudiant dans quelles mesures ces conséquences et ces impacts sociaux sont en accord avec les valeurs et idéaux qui guident la société, mais aussi avec vos valeurs et idéaux qui donnent sens à vos vies. Gros programme! Prenez-vous un grand café! Philosophie et sociologie des sciences seront au programme!
Épisode 146- Libre et autonome? Les pressions de groupes et d’autorité
13-11-2023
Épisode 146- Libre et autonome? Les pressions de groupes et d’autorité
Fais-tu toujours ce qu'on te dit de faire? Fais-tu toujours ce que les personnes en position d'autorité te demandent? Fais-tu toujours comme les autres? Est-ce une bonne chose? Es-tu cette personne capable de constester, lorsque nécessaire, l'autorité et les pressions de ton entourage? Vraiment?   Les questions abordées dans ce module sont importantes. Êtes-vous capable de résister aux pressions exercées par les différentes formes d'autorités, notamment lorsque ces dernières vous éloignent des valeurs et idéaux de votre profession? Êtes-vous capable de vous opposer à la force du nombre, au consensus, et cela au nom de la science, des faits, de la loi, des normes, sinon de la raison elle-même, notamment lorsque cette majorité consensuelle s'égare ? Serez-vous de ceux et celles qui, malgré nos failles humaines, seront capable de poser ce genre de gestes difficiles?   Dans le cadre de son travail, le professionnel n’est jamais seul. Lorsqu'une décision difficile doit être prise, on lui demandera idéalement d'en débattre, de demander conseil, de puiser dans la richesse d'une forme de raison commune, et de chercher l'appui du nombre et du consensus. Nous verrons dans ce module que la quête de consensus n’est pas sans problème!    Dans d'autres milieux de travail, c'est l'autorité en place qui pose problème. Arguments d’autorité, chantage, menaces, arguments fallacieux, biais et autres influences psychosociologiques, participent à cette pression d'autorité. Dans un tel contexte, le constat est simple: nous avons tendance à nous conformer aux demandes de l'autorité en place, et cela, même si parfois ces demandes s'inscrivent en contradiction avec nos propres valeurs et idéaux. Que pouvons-nous faire, individuellement et collectivement pour protéger l'exercice d'un jugement libre et autonome?   Au programme, dans cet épisode : Les forces et failles d'une décision prise par consensusLes travaux sur les symptômes de la pensée de Groupe, d'Irving Janis.Les différentes formes d'autorités agissant sur le professionnel en exerciceLes travaux sur la soumission et l'autorité, de Stanley Milgram.Les difficultés d'exercice du jugement professionnel découlant de votre rapport à l'autorité Bonne écoute!
Épisode 145 - Le conflit d’intérêts - Et le sacrifice des intérêts personnels!
06-11-2023
Épisode 145 - Le conflit d’intérêts - Et le sacrifice des intérêts personnels!
"Pis? Penses-tu que c'est un conflit d'intérêts?" Le nombre de fois où, autour de la machine à café, on m'a posé cette question. Je réponds toujours de la même façon:   Est-ce un conflit entre: 1. votre intérêt personnel (le vôtre, celui de vos proches, parents, amis, semblables, alliés, etc.)2. d’autres intérêts associés à votre profession (protection du public, paix sociale, santé publique) Si c'est le cas, c'est un conflit d'intérêts. Et tu dois choisir les intérêts associés à ta profession et à ton rôle. Simple, non? La gestion d'un tel conflit est loin d'être simple. Nous avons tous tendance à privilégier et à protéger notre propre intérêt personnel (nos avantages, nos privilèges, mais aussi ceux de nos proches, de nos alliés, de nos semblables, de notre clan). Notre famille! Nos amis! Évidemment. C’est normal. C’est humain. Pourtant, votre Ordre professionnel, et votre rôle à titre de professionnel, exigent le contraire: mettre de côté votre propre intérêt personnel, et choisir de servir d’autres intérêts: la protection du public, la paix sociale, la sécurité publique, la santé publique. Un geste a-normal, contre-nature, sur-humain. Presque super-héroïque! En effet, en rappelant aux professionnels que la «protection du public» est au cœur de la profession et de leurs engagements, on banalise parfois l'importance et la difficulté du geste moral exigé: choisir la protection du public et l’intérêt publique, et cela, parfois au sacrifice de votre propre intérêt et de ceux de vos proches. En êtes-vous capables? Tiraillé entre les intérêts de son client, de son patron, de la société ou de sa communauté de pairs et ses intérêts personnels, le professionnel doit d’abord savoir identifier un conflit d’intérêts, comprendre les risques associés et surtout gérer ces situations délicates de façon intègre, honnête et prudente.   Bonne écoute.
Épisode 143 - La fois où j’ai eu l’impression de devoir porter deux chapeaux
23-10-2023
Épisode 143 - La fois où j’ai eu l’impression de devoir porter deux chapeaux
Cet épisode aborde l'un des problèmes éthiques les plus communs dans l'exercice de la profession: le conflit de loyautés multiples.    Au Québec, la majorité des professionnels en exercice sont en effet des salariés. Ils se trouvent conséquemment en situation de double statuts: professionnel et salarié. Ils ont un devoir de loyauté envers leur Ordre professionnel et un devoir de loyauté envers leur employeur.   Dans un tel contexte, la loi, la jurisprudence et la doctrine pointent vers la priorisation du premier de ces statuts (le professionnalisme), et rappellent aux principaux concernés leurs obligations envers le public. Pourtant, dans les faits et sur le terrain, les professionnels en exercice ont tendance à prioriser le second de ces statuts, et leurs obligations envers leur employeur.   Pourquoi?   Cette tension et cet équilibre semblent effectivement menacés par un autre problème important dans l’exercice de la profession: l’effritement sinon la disparition de l'identité professionnelle. En effet, « après (seulement) un an dans leur premier emploi, les jeunes professionnels restent conscients de leurs devoirs envers leurs clients mais ne mentionnent plus leurs devoirs envers la société (Solbrekke, 2007 : 492). Sur le terrain, dès lors que le professionnel aura trouvé un employeur, l'identité professionnelle laisse de plus en plus de place à l'identité corporative et aux objectifs choisis et promus par son principal client: son employeur.   Cet effritement de l'identité professionnelle gomme en outre l'existence même de ce que les experts en éthique organisationnelle nomment «conflit de loyautés», en faisant tranquillement disparaître une des parties importantes du dilemme: la loyauté envers un Ordre professionnel, et les devoirs et obligations professionnels qui en découlent. Voici une courte et brève explication du conflit de loyautés, et une réflexion sur sa disparition annoncée. Bonne écoute!
Épisode 142 - La fois où j’ai compris ce que ça voulait dire «Un grand pouvoir engendre de grandes responsabilités»
16-10-2023
Épisode 142 - La fois où j’ai compris ce que ça voulait dire «Un grand pouvoir engendre de grandes responsabilités»
«With great power, comes great responsibility» (Ben Parker, Spiderman). Un grand pouvoir engendre de grandes responsabilités, nous disait ce grand «philosophe».  Deux principaux thèmes sont abordés dans cet épisode: La responsabilité et le jugement.  Le terme responsabilité est riche et profond. La citation qui titre cet épisode sert d'amorce à la réflexion sur la responsabilité. L'injonction de l'Oncle Ben à Peter (Spiderman) est inspirante, mais combien difficile à saisir: qu'est-ce que la responsabilité? Quel est ce pouvoir (pour un professionnel en science et génie)? Comment le maîtriser? Se battre, mais pour qui? Pourquoi? Au nom de qui? Au nom de quoi? Qu’est-ce qu’être responsable dans ce contexte. Lorsque cette injonction se transforme en quest-ion, elle devient en effet une quête, et donne sens au pouvoir de Peter Parker, sinon à sa vie. Cette intro nous permet également de proposer quelques distinctions utiles (responsabilité rétrospective et responsabilité prospective) et pratiques (responsabilité civile, criminelle, pénale, disciplinaire) Le terme «jugement» est également abordé. Nous y faisons nos premières amorces de réflexions. Le jugement professionnel est au cœur de l'exercice de la profession en sciences et génie. Le jugement compris comme acte de prédiquer une chose. C'est la pensée en acte qui tente de décider de la valeur d'une proposition, et cela, par rapport au beau, au juste, au vrai, au bien. C'est la pensée qui tente également décider dans un contexte d’incertitudes, un contexte où l'erreur est non seulement possible mais intrinsèquement liée à l'exercice honnête de ce jugement. Et où le manque de jugement est justement, non pas la pensée en acte de celui qui se trompe ou qui dit faux, mais celle qui refuse d'accepter les incertitudes, qui se vautre dans ses certitudes, qui ignore ses erreurs, failles et limites, qui ignore qu'elle ignore, et refuse de reconnaître la complexité du réel et du concret. Bonne écoute!